vendredi 6 mars 2009

FILS UNIQUE de Jack Ketchum

Lydia Danse croit avoir enfin trouvé le bonheur du foyer. Son mari semble le meilleur des hommes. Leur jeune fils est merveilleux. Pourtant le Mal se cache sous son propre toit. Les années passant, la façade s'effrite, et son mari, sûr de sa toute-puissance, resserre son emprise sur sa famille. Tous les moyens de coercition sont bons, pourvu qu'ils lui procurent l'ivresse du pouvoir. Prête à tous les sacrifices et à se mettre elle-même en danger, Lydia fera tout son possible pour tirer son fils de ses griffes. Mais Arthur Danse n'est pas homme à renoncer à ce qui lui appartient. Ce qu'il prend par la force, il s'y accroche et ne le lâche pas... Voici la lutte désespérée d'une femme démunie, épouvantée par la souffrance de son fils, terrorisée par un mari violent, mais qui trouvera la force de s'opposer à lui, alors que toutes les armes finissent par se retourner contre elle. Sans voyeurisme ni complaisance, Jack Ketchum ne nous épargne rien. Il nous tient, haletants et bouleversés, jusqu'au dénouement du drame.

Lydia est une femme qui pensait être heureuse,mariée à Arthur, bel homme fortuné, ayant beaucoup de relations. Pour combler ce bonheur, ils ont un fils, Robert.

Hélas, ce bonheur sera de courte durée. Lydia doit subir les perversions sexuelles d'Arthur, jusqu'ici elle pouvait l'accepter, mais un jour Arthur commet une erreur qui va mettre fin à leur couple. Il va se montrer extrêmement violent envers Lydia.

Le divorce est prononcé. Lydia a la garde de Robert, et Arthur pourra voir son fils un week-end de temps en temps. Un jour qu'Arthur ramène son fils au domicile de Lydia, elle devra faire face à l'inacceptable : on a abusé sexuellement de Robert. Elle le fait constater par des médecins, des psychologues, fait appel a un avocat et accuse Arthur des faits.

Dès le départ, j'ai su que la lecture de ce livre serait difficile. En effet, Jack Ketchum a écrit ce roman basé sur des faits réels. Il n'épargnera aucun détail.

L'auteur démontrera les dysfonctionnements du système juridique, là où les relations (en l'occurrence ceux du père) ont toute leur importance, les difficultés pour une mère de prouver les souffrances qu'aura connues son fils et qui aura toutes les peines du monde à prouver l'inceste qu'il a subi.

Et puis vient l'absurde... le verdict du juge... ce sera inacceptable...

J'ai aimé la lecture de Fils Unique. Le problème avec Jack Ketchum, c'est qu'il écrit tellement bien que, dès le départ, on ne peut plus lâcher le livre, on a un besoin vital de savoir comment finit le récit. Il est impossible d'abandonner la lecture d'un de ses livres, et celui-ci en particulier.

J'ai une petite préférence pour « Une Fille Comme Les Autres » du même auteur. « Fils Unique » est un roman que j'ai trouvé très dur puisque ça parle de pédophilie et d'inceste. Tout sera décrit dans le moindre détail, sans tabou.

Je vous avoue que mon regain d'intérêt s'est accru lorsque l'auteur parle d'un sérial killer qui sévit dans la même région où se déroulent les faits. Des jeunes filles sont trouvées mortes, violées, sodomisées, un pieu enfoncé dans le cœur et les mains clouées. Hélas, ça passe un peu au second plan. C'est dommage, sérial killer est un mot qui m'attire comme l'abeille par le miel, mais je dois dire que je suis restée un peu sur ma faim. L'aspect juridique prenant un peu le dessus sur la trame du roman. Mais je me suis sentie spectatrice privilégiée en lisant cette histoire, car étant donné l'intensité de ce fait divers, j'ai pu m'identifier au personnage de Lydia dont j'ai apprécié le combat.

En deux mots, c'est une histoire prenante à déconseiller aux âmes sensibles.

Ma note 8/10


2 commentaires:

Marco a dit…

Encore un must :)

Mais personnellement, je ne trouve pas qu'il écrit très bien. Toujours des petites phrases courtes et nerveuses, sans guère de recherche. je pense pense plutôt que son écriture va bien avec ses thèmes.

Allez, je file le réserver sur PM :)

Zonelivre a dit…

Jack Ketchum est un auteur qui me trouble : il a des passages tellement choc dans ses romans que j'ai envie de les jeter très loin puis de me jeter dessus l'instant d'après.
Lydia est très touchante comme héroïne, son combat face à la justice est émouvant. Ingrid, tu as raison d'employer le terme de spectatrice, on a l'impression d'assister à toutes ces scènes derrière une vitre de verre et que l'on a beau crier pour prévenir du danger mais personne ne nous entend.
Cela ne m'a pas gêné qu'il ne développe pas plus le thème du serial-killer c'est également ce qui fait l'originalité du roman on voit plus le côté destructeur de ce prédateur dans son quotidien.
Comme tu le dis très bien : très bon roman mais âmes sensibles s'abstenir.