mardi 2 septembre 2008

LA FROIDE VERITE de Jonathan Stone

Canaanville, un bled glacial au fin fond de l'Etat de New York. Une jeune serveuse a été sauvagement tuée et mutilée. Vieil ours mal léché, Winston " Bear " Edwards, chef de la police locale à la réputation légendaire, se heurte au plus grand mystère de sa carrière : pas d'indices, pas de suspects. Le " crime parfait ", la hantise de tout flic. Fraîchement émoulue de. l'école de police de Manhattan, Julian, la jeune stagiaire qui l'assiste dans ses recherches, va découvrir la face cachée de cet homme, pour lequel elle éprouve autant de répulsion que de fascination, au cours d'une enquête tortueuse au dénouement chaque jour plus incertain. Car la neige qui tombe sans cesse risque bien d'ensevelir le seul élément susceptible de résoudre l'affaire : la froide vérité..

Contrairement à mon habitude, cette fois-ci, je ne ferai pas de résumé… la 4 ème de couverture fait parfaitement l’affaire, en dire plus avec mes mots serait spoiler entièrement le livre.


Il ne se passe pas grand-chose, une femme tuée de 46 coups de couteau. Jonathan Stone n’entre pas dans les détails. La victime a été trouvée il y a déjà 1 mois. Dès la première moitié du livre, on soupçonne déjà qui a commis le crime. S’ensuivent des questions… c’est lui le coupable mais comment le prouver… oh et puis non, c’est pas lui, c’est l’autre…


L’auteur (avoue) dit qu’il a écrit le livre dans l’avion, dans les salles d’attente et à bord du train de 8 h 04 de Talmadge Hill. Franchement, il aurait mieux fait de prendre plus son temps et écrire chez lui bien au chaud !


Je ne me suis pas attachée aux personnages, il manque vraiment quelque chose dans ce livre. Bref, une perte de temps. J’ai continué à lire le livre afin d’en faire une critique constructive, hélas, j’ai regretté. Il ne se passe rien, pas de surprises. Il n’y a que 3 personnages dans cette histoire : le vieux sheriff tout puissant qui ressemble à un ours mal léché, une stagiaire super belle et intelligente et un homme qui se fait passer pour un médium. On a affaire à ces protagonistes sur 292 pages.


Heureusement c’est du vite lu. Il n’y a pas de suspense car il n’y a pas de vie en jeu. Il ne se passe rien. On ne peut s’identifier aux personnages, je n’ai rien ressenti à part un gros ennui. Le scénario c’est du vu et du revu… aucune surprise. Du vite écrit et du vite lu… Une fin prévisible, franchement autant regarder un « Derrick », j’aurais moins perdu mon temps !


Ma note : 3/10, je mets un 3 parce que le résumé est plus ou moins alléchant et mon intérêt s’est réveillé sur 1 page…


1 commentaire:

Joelle a dit…

Ouf, vu tout ce que je viens de noter, cela fait du bien à ma LAL de passer un peu mon tour :)