lundi 2 juin 2008

TRIPTYQUE de Karin Slaughter


Atlanta, 2006. Le détective Michael Ormewood, en patrouille dans l'un des quartiers les plus sordides de la ville, découvre le corps d'une jeune prostituée droguée qui s'est fait violer, torturer puis arracher la langue d'un coup de dents avant de mourir étouffée dans son propre sang... Ormewood, qui en a pourtant vu d'autres, est révulsé - et d'autant plus inquiet que la malheureuse n'est pas la seule à avoir subi ce sort...
20 ans plus tôt. John Shelley, 16 ans, se réveille un matin, après une soirée d'étudiants mouvementée, à côté du cadavre nu et ensanglanté de la jeune Mary Alice - la langue tranchée... Le problème, c'est qu'il ne se souvient de rien - est-ce lui, vraiment, qui a commis ce meurtre effroyable ? Condamné à vingt ans de réclusion, il traversera l'enfer en prison - et, dès sa sortie, se retrouve confronté à un maître-chanteur qui a usurpé son identité... Dans un univers d'une noirceur comme on en a rarement vu - flics corrompus, prostituées, tortionnaires pédophiles, paumés en tout genre -, les trajectoires du détective Ormewood et de John Shelley vont dès lors se rapprocher de manière aussi inexorable qu'inattendue, au cœur de l'horreur.
Slaughter, dans cet extraordinaire thriller où l'atmosphère sombre à la Seven côtoie les trouvailles délicieusement glaçantes du Silence des agneaux, nous livre ici un véritable chef-d' oeuvre. On envie les lecteurs qui s'apprêtent à découvrir les insoupçonnables rebondissements qui abondent dans ce roman, son sixième - et sans conteste son meilleur.

Michael Ormewood fait sa tournée dans un quartier qui craint… il est appelé pour un meurtre, il se rend sur les lieux et découvre Aleesha Monroe baignant dans son sang. Elle a été battue, violée et elle a eu la langue sectionnée par un coup de dents.

Will Trent est agent spécial, il veut travailler avec Michael et découvrir qui est le meurtrier d’Aleesha, il précise que durant ces 7 derniers mois, trois jeunes filles, mineures, ont été violées et ont eu la langue coupée, heureusement elles ont survécu, mais en gardant de grosses séquelles.

Juin 1985, John Shelley, 16 ans, a passé la nuit avec Mary Alice Finney, à son réveil, il découvre la jeune fille morte atrocement mutilée, la langue sectionnée. Il sera arrêté par les autorités. Il ne se souvient de rien… pas étonnant, la veille il avait pris un mélange de cocaïne-héroïne… Il est condamné à 20 ans de prison. Il connaîtra l’horreur…

On le découvre 20 ans après, il est sous contrôle judiciaire, vit dans une pension pour repris de justice et travaille comme laveur de voitures. Un jour il veut s’offrir une petite télévision à crédit… il entre dans la boutique et le vendeur, après vérifications, lui accorde sans problème le crédit, John apprend que quelqu’un a usurpé son identité qu’il a plusieurs cartes de crédit à son nom et même une maison secondaire… Quelqu'un s'est servi de son nom, de son numéro de sécurité sociale et de son ancienne adresse.

John va faire son enquête et découvrira qui lui a volé son identité.

Je me suis vraiment attachée au personnage de John. Il semble avoir bien du mal à garder la tête hors de l’eau… On suit Shelley avec plaisir et angoisse au fil des pages en découvrant son passé. Il remonte doucement la pente de sa vie. Pour lui, l’emprisonnement à l’âge de 16 ans est une lente descente aux enfers.

Will et Angela, tous les deux flics, sont très attachants aussi. Ils ont, tous les deux, été placés enfants dans le même orphelinat. Jeunes, mais pas assez pour être adoptés, ils seront bien placés dans des familles, mais connaîtront l’enfer… Will pour les tortures physiques et Angela pour les viols perpétrés par son père adoptif.

Karin Slaughter a crée ses personnages avec le plus grand soin. Chaque protagoniste a une personnalité propre et cohérente avec des traits qui les rendent humains et attachants, elle prouve une fois encore avec Triptyque qu’elle est un écrivain plein d’imagination et de ressources, tenant son lecteur en haleine du début à la fin.

C’est un roman qu’on déguste peu à peu. On ne dévore pas, on savoure et on se délecte….

Karin Slaughter prend son temps, elle décrit les choses minutieusement, elle décrit ses personnages à la perfection et pour soutenir une intrigue qui m’incite à dévorer le livre.

Il s'agit d'un thriller d'une incroyable efficacité avec une montée en puissance qui va crescendo tout au long du roman et ce jusqu'à la dernière ligne...

Je vous le suggère très fortement, c’est un des meilleurs livres de Karin Slaughter.

Ma note 9.5/10

3 commentaires:

lilcassie a dit…

Je suis impatiente d'avoir ton avis sur ce livre! Bonne lecture, Inka!

Marco a dit…

Encore un coup de coeur ! :) Et hop ! Un souhait chez PriceMinister :)

Joelle a dit…

Je l'ai beaucoup aimé (je l'ai lu en anglais avant sa sortie française) mais je garde une petite préférence pour sa série de Grant County car je me suis vraiment attachée aux personnages (avec une préférence pour "Kisscut", le 2ème de la série ... je crois que le titre français parle d'un rasoir du genre "Le fil du rasoir" ou quelque chose dans ce goût-là !)