dimanche 28 septembre 2008

MISERERE de Jean-Christophe Grangé

"Ce sont des enfants.
Ils ont la pureté des diamants les plus parfaits.
Aucune ombre. Aucune inclusion. Aucune faille.
Mais leur pureté est celle du Mal."

Etrange assassinat d un chef de chorale d origine chilienne dans l église arménienne de Paris. Disparitions de plusieurs enfants de choeur. Série de meurtres opérée selon un protocole macabre : perforation inexplicable des tympans, inscriptions tirées du Miserere d Allegri, mystérieuses traces de pas autour des cadavres : pointure 36...
Pour mener l enquête, deux flics border line comme les aime Grangé : Kasdan, le vieux briscard à la retraite, et Volo le toxico, beau comme une rock star. Origines arménienne et russe. Deux hommes intelligents, acharnés, hantés par leur passé.
Du pur Grangé, complexe, tourmenté, baroque. Un de ses meilleurs thrillers, peut-être le plus inquiétant, qui mêle enfance, torture (des bourreaux nazis aux bourreaux chiliens), expérimentations scientifiques ultimes et musique...

Le récit se déroule fin décembre 2006 à Paris. Wilhelm Goetz, chef de chorale, a été assassiné dans la paroisse arménienne. Chilien d’origine allemande, Goetz a eu les tympans percés. Seuls indices, des traces de pas taille 36 et des éclats de bois.



Un policier, Lionel Kasdan, fait partie de la paroisse. Il est à la retraite depuis plusieurs années. Il va faire de ce fait divers une affaire personnelle. Il est veuf, en froid avec son fils, et prend plein d’antidépresseurs. Un autre flic s’intéresse à ce cas. Cédric Volokine, jeune inspecteur de la brigade de protection des mineurs, beau gosse, drogué et officiellement en cure de désintoxication. Ces deux flics vont s’associer pour mener l’enquête.


On apprend que Goetz, la victime, était réfugié en France après avoir été tortionnaire sous le régime de Pinochet. Une autre piste les mènera vers un réseau de pédophiles, surtout que plusieurs enfants choristes ont disparu alors qu’ils étaient dirigés par Wilhelm Goetz.



Je ne vous en dévoilerai pas plus… à vous de découvrir l’intrigue.



Je me suis attachée aux personnages de Kasdan et Volokine. Ils sont touchants par leurs faiblesses. Ils se complètent par leurs blessures psychologiques. Je me suis facilement identifiée à leurs failles, leur caractère et leur motivation.



Les chapitres sont courts, le suspense va crescendo, dès les premières pages j’ai été happée par l’intrigue et j’avais le plus grand mal à poser le livre pour manger où pour dormir ! j’ai lu ce livre en deux jours. Dès le début du récit ma curiosité à été éveillée par l’intrigue.



Jean-Christophe Grangé va droit au but, il n’y a pas de descriptions inutiles, il sait très bien décrire les souffrances sans pour autant devenir trash et aller dans des descriptions de tortures gratuites. Il y en a, certes, mais c’est ce qui donne le piment au récit.



L’auteur a su captiver mon attention tout le long du roman. Quelques petites invraisemblances sont à déplorer, et la fin d’après moi est un peu bâclée. Néanmoins, j’ai éprouvé beaucoup de plaisir à lire ce livre.



Ma note 8/10 paru chez Albin Michel


10 commentaires:

Marc Legrand a dit…

Sans doute l'un des évènements de la rentrée littéraire en matière de thriller, notamment francophone.
Je vais peut-être bien me l'offrir et vous laisserai mon (humble) avis sur le sujet à cette occasion.

Ingrid Barnay a dit…

Je vous souhaite une bonne lecture Marc... Notez qu'il y a un autre livre qui sort aujourd'hui, il s'agit de L'Anneau de Moebius de Franck Thilliez, aussi du très bon ! Merci pour votre visite !

Joelle a dit…

J'ai failli l'emprunter à la biblio il y a deux semaines mais comme j'avais déjà pas mal de livres en attente, je l'ai laissé à une amie ... j'espère que je ne vais pas le regretter (vu qu'il est souvent difficile de mettre la main sur les nouveautés !)

Ingrid Barnay a dit…

Je l'ai aussi pris à la médiathèque, il était sorti mais j'ai pu le réserver, je ne regrette pas ma lecture ! bonne soirée

liliba a dit…

Tout à fait d'accord avec ton avis. La fin fait trop grand spectacle cinématographique, à mon goût !
Mais Grangé a l'art de maintenir en haleine tout au long de ses bouquins et je ne suis jamais complètement déçue.

Mic a dit…

Bonjour Ingrid,

J'ai exactement ressenti les mêmes émotions que toi, en lisant "miserere". Je trouve que le livre est très bon jusqu'au 3/4, la relation Kasdan/Volokine notamment est poignante. En revanche, les cent dernières m'ont posé problème, "le cri qui tue" m'a semblé peu crédible, et que dire des motivations de Goetz, après 30 ans d'enrôlement, ce monsieur éprouverait des états d'âmes, incompréhensible. Dommage, je l'ai tout de même noté 8/10, car le livre est tellement bon jusqu'au 3/4. Joyeuses fêtes de Noël à toi et ta famille, amitiés MIC.

Ingrid Barnay a dit…

Mic, merci pour ta visite ! je te souhaite de tout coeur de très bonnes fêtes de fin d'année à toi et à ta famille ! a bientôt !

Miss G a dit…

J'ai beaucoup apprécié la relation Kasdan/Volokine, je me demande même s'il n'y aurait pas matière à créer une sorte de série avec ses personnages.
Une histoire intrigante jusqu'au bout, des personnages forts;
Je rejoins un peu les autres commentaires sur la fin du livre.

Anonyme a dit…

j'ai adoré ce livre, je suis tombée dessus par hasard et je ne regrette pas de l'avoir ouvert.
je déplore juste la fin qui est trop prévisible.

Nelfe a dit…

J'ai adoré ce Grangé! Sans doute mon favori pour l'instant (je ne sais pas ce que nous réservera l'avenir ^^).
Mettre des enfants dans l'intrigue rend l'ensemble encore plus malsain. Très bien fouttu et comme d'habitude très prenant.
Ma critique est là: http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2008/12/21/11824665.html