samedi 24 mars 2007

FUNERARIUM de Brigitte Aubert

Chib Moreno exerce le métier peu commun de thanatopracteur et, à Cannes, les dames fortunées qui adorent faire empailler leurs chiens passés de vie à trépas, se repassent son adresse. Ainsi, Chib, métis quadragénaire et taciturne, vit confortablement de cette profession étrange où la mort est sa compagne de travail. Il reçoit, un jour la proposition de Blanche Andrieu d'embaumer sa petite fille Elilou, morte accidentellement à la suite d'une chute d'escalier. La jeune femme, qui a déjà perdu un bébé quelques années auparavant, désire installer le corps de l'enfant dans la chapelle privée du domaine familial. Réticent, Chib finit par accepter, attiré comme un aimant par cette femme gracile et diaphane qui semble terrassée par la douleur. Il fait donc connaissance de la famille Andrieu : Jean-Hugues, le mari, riche homme d'affaires, deux adolescents, Charles et Louis-Marie et deux petites filles Annabelle et Eunice. Quatre enfants vivants sur six..., auxquels il faut ajouter une grand-mère et un cousin prêtre omniprésents. Lors de l'embaumement d'Elilou, Chib constate avec effroi que la petite a été victime de sévices. Bouleversé, il commence, presque malgré lui, à enquêter, avec l'intuition qu'il va découvrir le plus horrible des secrets de famille.
Il faut tout le talent de Brigitte Aubert pour accepter de plonger dans le monde de la perversion et de la transgression, sans voyeurisme ni vulgarité. En se moquant des ficelles et des ruses des écrivains de romans policiers, elle tord les règles pour mieux s'en servir avec une maestria confondante et manipule le lecteur jusqu'à la page ultime. Du grand art !

Le roman commence à 100 à l'heure, avec le héros en train de pratiquer son métier d'embaumeur... le lecteur entre directement dans le ton de ce récit qui présente une foule de personnages tous plus suspects les uns que les autres. L'ambiance est macabre, mais une fois commencé, on ne lâche plus le livre !!

Scènes macabres, ironie, humour noir…

Le personnage principal est très attachant, Brigitte Aubert lui a donné de l’humour, noir souvent, il fait penser à quelqu’un de triste et en même temps qui aime sa vie. Un quinquagénaire hors du commun de part son métier, thanatopracteur et taxidermiste.
Il se retrouve mêlé à une macabre histoire. Une femme le contacte pour embaumer le corps d’une fillette qui va être exposée dans une chapelle… mais si ce n’était que ça ! La suite va de surprise en surprise, plus macabre encore... chaque fois ça donne plus de suspense au récit.
Au dernier tiers du livre tout s’accélère, tant mieux, ça évite les longueurs. Et Brigitte Aubert nous livre la solution aux 3 dernières pages du roman.
J’ai vraiment beaucoup aimé le livre, des réflexions font rire, des passages donnent des frissons, d’autres sont un peu gores... mais pas trop...
Avec en fond une famille bourgeoise aux goûts morbides, bizarres, aux relations conflictuelles, mais surtout… il faut que cela reste top secret !!!

Ma note 9/10

2 commentaires:

florinette a dit…

Du même auteur j'ai lu Rigor Mortis et Coïncidences, deux nouvelles qui m'ont complètement bluffée, j'ai été envoûtée par le style de B.Aubert et je compte bien en découvrir d'autres ! ;-)

Ingrid Barnay a dit…

Coucou Florinette... eh bien tu me tentes, j'aime bien son style, je me procurerai ceux que tu cites... merci :-)