vendredi 9 février 2007

DIX HUIT HEURES POUR MOURIR de Jeffery Deaver

Dans un abattoir désaffecté, au coeur des plaines du Kansas, trois criminels en cavale se sont retranchés, retenant en otages huit écolières sourdes-muettes et leurs enseignantes. Lou Handy, le meneur psychopathe, place très haut ses enchères meurtrières : il abattra une fillette par heure s'il n'obtient pas satisfaction. Pour Arthur Potter, le négociateur dépêché par le FBI, commence le bras de fer le plus éprouvant de sa carrière. Il trouvera une alliée en la personne de Melanie, l'une des enseignantes, atteinte du même handicap que ses élèves : un handicap qui peut aussi constituer un atout, puisque les ravisseurs ne comprennent pas le langage de leurs victimes... Cette course contre la mort, qui met en scène de façon remarquablement sensible et documentée l'univers des sourds-muets, nous mène sans une seconde de répit jusqu'à l'affrontement et au retournement ultimes.


Ce bouquin est un thriller époustouflant, qui se déroule dans un univers glauque et « étouffant ». Il y a de nombreux rebondissements qui refont démarrer le suspense à chaque instant.
Quand j'ai lu cette histoire, je ne voulais pas l'arrêter, si j'avais pu j'aurai aimer la lire jusqu'au bout d'une traite.
C'est un livre passionnant pour les fans de romans policiers, l'intrigue est excellente.

Existe en livre de poche.



Ma note : 9.5/10

4 commentaires:

florinette a dit…

J'aime déjà tout ce que tu en dis, c'est un thriller qui me tente bien !

Ingrid Barnay a dit…

N'hésite pas, c'est excellent ! Deaver est une valeur sûre, je n'ai jamais été déçue. Un vrai suspense qui monte crescendo au fur et à mesure que les heures passent pour les otages... Merci pour ton commentaire !!! :-)

dasola a dit…

Très bon thriller que j'ai lu, il y un certain temps. Sinon je vous félicite pour ce blog clair très bien présenté.

Erwelyn a dit…

Je l'ai trouvé qd même un peu long. Mais les reobondissement, notamment vers la fin nous font finir ce bouquin en apothéose. je pense toutefois, que qd on a lu ça, c'est plus trop la peine de lire d'autres bouquins sur les prises d'otages, tant Deaver développe toutes les procédures et tous les éléméents psychologiques.